Empreinte environnementale, coût, aides ...on fait le point !


< Retour aux actualités Empreinte environnementale, coût, aides ...on fait le point !

Empreinte environnementale, coût, aides ...on fait le point !

Mise en ligne 12/03/2020




Les préoccupations environnementales et notamment la qualité de l’air que nous respirons font régulièrement la une de l’actualité, mobilisant hommes politiques de tous bords, citoyens, qui parfois se regroupent en associations et qui en tout cas ne peuvent plus aujourd’hui être ignorées.

De Chamonix à la vallée de l’Arve, une pollution de l’air avérée

La vallée de l’Arve subit une pollution de l’air bien supérieure à la limite autorisée, principalement due à la combustion de la biomasse et au transport routier avec l’accès au tunnel du Mont-Blanc.

La récente visite du président Emmanuel Macron à Chamonix a mis en évidence l’urgence écologique et le problème majeur de changement climatique et de pollution de l’air dans la vallée de Chamonix. Un Mont-Blanc qui devrait pourtant être synonyme d’air pur. La Mer de Glace, marqueur majeur de ce changement climatique, a perdu 120 mètres d’épaisseur en un siècle, reculant chaque année de quatre à six mètres d'épaisseur et d’une trentaine de mètres en longueur. 

Des moyens renforcés pour le changement des chaudières au bois

Certaines mesures concernent directement le problème des émissions de particules provoquées par l’utilisation des appareils de chauffage au bois anciens (datant d’avant 2002) et les foyers ouverts en les remplaçant par des appareils performants. Parmi les mesures annoncées ou renforcées :

• L’extension du Fonds Air Bois* aux énergies renouvelables.
• L’interdiction des foyers ouverts ou appareils de chauffage au bois non performants dans les constructions neuves.
• L’obligation de remise à niveau des installations de chauffage au bois lors de vente de biens.

*Aide financée par les Régions et l’Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie (ADEME) pour aider au remplacement des anciens appareils de chauffage au bois par de nouveaux appareils répondant aux normes du label Flamme verte 7 étoiles. Selon les cas, cette aide peut aller jusqu’à 2 000 €.


Poele a bois ROMOTOP Flamme verte


Flamme Verte, un label garant d’un chauffage propre

Un label créé en 2000 par les industriels et l’ADEME (Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie) qui promeut une filière de qualité pour le chauffage au bois en attestant la mise sur le marché d’appareils performants d’un point de vue énergétique et environnemental. Leur conception répond à une charte de qualité exigeante en termes de rendement énergétique et d’émissions polluantes, sur laquelle s’engagent les fabricants, signataires de la charte Flamme Verte. Des critères en constante évolution qui deviennent plus exigeants chaque année. 

Aujourd’hui, grâce aux évolutions techniques réalisées sur les appareils et au renouvellement du parc vieillissant, la majorité des équipements vendus sur le marché français affichent un rendement 7 fois supérieur à celui d’une cheminée ouverte et des émissions de particules 30 fois inférieures. 


Bûches de bois


Le bois bûches, l’énergie la moins chère pour se chauffer

Près de 25% des ménages français, soit plus de 7 millions de logements, utilisent aujourd’hui un équipement de chauffage au bois, qui peut représenter le chauffage principal du logement ou d’appoint en complément d’un autre mode de chauffage comme l’électricité, le gaz ou le fioul. L’objectif du gouvernement est de porter à 9,5 millions le nombre de logements chauffés au bois en 2023 avec un appareil efficace.

Le chauffage au bois demeure le mode de chauffage le plus économique et au prix le plus stable : de 4 à 6 cts € par kWh pour la bûche et le granulé, de 7 à 9 cts € par kWh pour le gaz naturel, de 9 à 15 cts € par kWh pour le fioul et gaz propane et de 16 à 17 cts € par kWh pour l’électricité. 

Rappelons aussi l’intérêt d’utiliser un bois sec (moins de 20 % d’humidité pour le bois bûche) tout en assurant un entretien régulier (minimum de deux ramonages par an dont un effectué durant la saison de chauffe).

Aides financières 

Plusieurs types d’aides financières pour s’équiper

Les aides nationales

Les pouvoirs publics soutiennent le développement du chauffage au bois et le renouvellement du parc. Plusieurs aides sont à la disposition des particuliers :

- Le CITE (Crédit d’impôt pour la transition énergétique), progressivement remplacé en 2020 par une prime de transition énergétique (MaPrimeRénov’) qui cible les ménages les plus modestes, est cependant maintenu pour les foyers non éligiles à cette prime, sous réserve de respecter les conditions d’éligibilité.

- Les aides de l’ANAH (Agence Nationale de l’Habitat), attribuées aux ménages en fonction de leurs revenus.

- Le chèque énergie, d’un montant de 50 à 280€ selon le foyer, qui peut être utilisé pour l’acquisition d’un équipement.

- Le dispositif des Certificats d’Économies d’Énergie (CEE) permet, selon le fournisseur choisi, de bénéficier d’une réduction de prix, selon l’équipement et les conditions de ressources.Dans le cadre des Certificats d’Économies d’Énergie, il existe aussi une aide, dite « coup de pouce », qui encourage le particulier à passer d’un chauffage fioul, charbon ou gaz à un chauffage au bois.

Les aides locales

De plus en plus de collectivités apportent, elles aussi, des aides aux particuliers, à travers les Fonds air bois. Ces Fonds, financés par les territoires et l’ADEME, ont pour vocation d’aider les ménages disposant d’une cheminée ouverte ou d’un équipement de chauffage au bois ancien à les remplacer par les appareils performants labellisés Flamme Verte 7 étoiles. Le montant des aides accordées varie selon les collectivités de 400€ à 2 000€.

Il existe d’autres soutiens locaux qui peuvent être octroyés par les conseils régionaux, départementaux, les intercommunalités ou les communes. L’ANIL (agence nationale pour l’information sur le logement) recense les aides locales disponibles.


Devenons plus verts 


Romotop : un acteur engagé pour l’environnement

« Chez Romotop, nous sommes conscients de la qualité de vie que nous offre le territoire français et notamment alpin. Nous souhaitons être acteurs de la préservation de notre environnement et de la qualité de l’air que nous respirons. C’est pourquoi nous souhaitons nous inscrire dans une dynamique qui consiste à accompagner les particuliers dans le renouvellement des appareils anciens ou non performants. Une volonté qui va dans le sens d’un arrêté que vient de prendre la Préfecture de Haute-Savoie visant à interdire le chauffage au bois à foyer ouvert dès le 1er janvier 2022 dans la vallée de l’Arve».

Tous les appareils Romotop sont labélisés Flamme Verte 7 étoiles et répondent aux plus hautes exigences de performance des normes européennes les plus strictes. Sur certains modèles, le rendement peut aller jusqu’à 82%, l’émission minimale de CO2 ainsi que son adaptation parfaite aux maisons à faible consommation d’énergie sont des arguments techniques importants.

Romotop, premier fabricant européen de poêles à bois, poêles-cheminées et foyers de cheminées c’est : 

• 40 000 appareils produits et vendus chaque année.
• Une usine de fabrication basée en République Tchèque.
• Un siège social en France basé à Annecy au cœur des Alpes.
• Un entrepôt de stockage à Blois, une position centrale qui offre la possibilité de livrer tous les départements dans des délais courts. 
• 200 revendeurs agréés répartis sur tout le territoire de l’hexagone.